Burkina/technologie : blanchisseur et inventeur

In A la Une

Jean Roger Sandwidi est blanchisseur au quartier 14 yaar de Ouagadougou. Non scolarisé, il passe de petits boulots en petits boulots, au Burkina, au Ghana, et en Côte d’Ivoire, avant de revenir s’installer définitivement au pays. Il met par la suite au point, pour faciliter son travail de blanco, un fourneau à soufflage électrique. Sans le savoir, il venait d’inventer ce qui allait lui permettre de mieux vivre.

« Le fourneau à piles » c’est comme cela qu’il a baptisé son joujoux machine. « Au départ, c’était juste pour allumer facilement le feux pour fer à repasser. Après j’ai commencé à faire du thé avec, et mes proches m’ont suggéré de refaire le même appareille et vendre » dit-il.

Comment ça marche ? C’est un fourneau normal, auquel est greffé un système de ventilation automatisé, alimenté par des piles. Et des modèles, il n’y en a pour les besoins. Des amateurs de thé, aux cuisinières grand public, en passant par les marmites de célibataires.

Son plus grand besoin aujourd’hui se résume à tous les inventeurs locaux dans son cas : l’accompagnement financier pour une production à grande échelle.

Ange L. Jordan MEDA

Infowakat.net

You may also read!

Faso Attiéké : le nom d’entreprise et le label sont différents (F. Bassono)

L’entreprise « Faso Attiéké » a reçu le premier prix Pierre Castel 2019 au cours du 5e Salon international

Read More...

PAE/JF : le dépôt des dossiers du 12 au 16 décembre 2019

Le Coordinateur du Programme l'autonomisation Économique des Jeunes et des Femmes ( PAE/JF), informe les jeunes, les femmes ainsi

Read More...

Production de l’attiéké au Burkina Faso : une activité qui contribue à lutter contre le chômage

L’attiéké, autrefois spécialité ivoirienne, est aujourd’hui produit et conditionné au Burkina Faso. Le Groupement de Transformation des Produits Agricoles

Read More...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Entreprendre au Faso

GRATUIT
VOIR