Entreprenariat : Dieudonné le pneumaticien

In A la Une, Entreprendre au Quotidien

Dieudonné NEYON gagne sa vie en fabriquant des chaussures à partir de pneus usés de camion remorque. Originaire de la ville de Pô, celui-ci s’est installé à Ouagadougou, plus précisément au quartier Gounghin.

Dieudonné a appris ce métier avec son grand père depuis le bas âge, mais n’a pas toujours exercé à temps plein ce métier.
« Quand j’ai appris avec lui, je fabriquais moi aussi pour avoir un peu d’argent, mais les temps étaient vraiment durs donc je suis allé pour me chercher en côte d’Ivoire, où j’ai fais quelques temps » explique Mr NEYON.

2013… l’année où sa vie bascule

Les nus pieds en pneu de Dieudonné

De retour à Ouagadougou, en 2013, il se lance dans le commerce de la friperie. Puis un matin, sa vie a basculé. « En marchant j’ai vu quelqu’un qui avait porté des chaussures en pneu, immédiatement ça m’a rappelé les bons moments d’apprentissage auprès de mon grand-père. Alors je lui ai demandé où il a eu ça, j’ai pris contact avec la personne sur place, j’ai acheté un pneu et j’ai fabriqué six chaussures. J’ai mis au bord de la route et j’ai vendu les six en un rien de temps à raison de 2000 l’unité. Immédiatement je suis réparti acheter des pneus et cette fois j’ai fait 12 paires que j’ai encore vendues à 2000 l’unité le même jour. Et c’est de là que tout est parti, j’ai vite laissé mes habits et je me suis consacré à cette activité ».

La collection de tapettes

Le prix des chaussures varie en fonction du modèle. « Il y a des modèles qui demandent plus de travail alors le prix en gros varie de 500 à 750f. Et l’unité à 1000 ou 1250 francs ». Et son chiffre d’affaire minimum de la journée s’élève à « 10000 francs ». Mais quand le marché est bon, « je peux atteindre 50 000f et même plus en fonction des temps ».

Notre artisan ne fabrique pas seulement des « tapettes » mais aussi des « nus pieds » et des ceintures, toujours avec sa matière première, le pneu.

Service après-vente… bonjour !

Et à l’instar de son grand père, Dieudonné tente d’inculquer son savoir-faire à plus jeune que lui. Ainsi, depuis quelques années, un jeune adolescent vient apprendre le métier à son atelier chaque vacance. Et Dieudonné tout fier, confie que son poulain est déjà capable de fabriquer des chaussures et que celui-ci le remplace très souvent valablement.

Avec lui, rien ne se perd, tout se transforme. Il arrive que certaines attaches des chaussures lâchent, mais pas de panique. « Quand les cordes de la chaussures se gâtent je les répare à 500, mais si ce sont les pointes qui s’enlèvent je les remets gratuitement pour mes clients. Souvent je change le haut de l’ancienne chaussure pour un nouveau modèle là je le fais à 1000f parce que c’est comme si c’était une nouvelle chaussure » explique t- il.

Sandrine BADO (Stagiaire)
Infowakat.net

You may also read!

Tigme Zama, le vendeur de digital de bétail

De son vrai nom Ibrahim NEBIE, Tigme Zama est un jeune entrepreneur qui force l'admiration par sa combativité et

Read More...

Le leadership se conjugue de plus en plus au féminin

Apres la Cote d’Ivoire, c’est au tour du Burkina Faso d’accueillir la première édition du Forum pour l’Emploi et

Read More...

Entreprenariat : Adams, le boss du pain bro du LTO

De calligraphe à « koassa », ce jeune Burkinabè issu d’une famille modeste est aujourd’hui à la tête d’un

Read More...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Entreprendre au Faso

GRATUIT
VOIR