Entreprenariat : le tuning à la Burkinabè, ça marche

In A la Une, Annonces emplois, Entreprendre au Quotidien

La personnalisation des voitures, très peu y ont pensé, et très peu s’y sont lancés. Parmi ces rares « tuners » de caisses, il y a Thiéry Lankoandé, Burkinabè, « père d’un beau garçon et mari d’une belle femme » comme il aime à se présenter. Dans son garage situé au quartier Dassasgho de Ouagadougou, les voitures entrent et ressortent changées, au bonheur des propriétaires.

Fan de mécanique, grand adepte des émissions américaines « Pimp My Ride » et « West Coast Customs » qui l’ont d’ailleurs inspiré, Thiéry Lankoandé a fait de son gagne la transformation des voiture.

Son diplôme en markéting ne lui a jamais servi à chercher un emploi dit-il. Au contraire, cela l’a incité à entreprendre.

Avant d’arriver dans le tuning de voiture, M. Lankoandé a d’abord été commerçant d’articles féminins, puis d’appareils électroniques, marchandises qu’il faisait venir du port de Lomé.

Au moment où tout allait comme sur des roulettes, il se fait cambrioler plus de 3 millions de francs de marchandises. Souvenir amer.

Lire aussi : Entreprenariat : La spiruline, un complément alimentaire made in Burkina commercialisé à l’international

 

Après une longue période de déprime, il reprend le chemin des affaires, sur fonds propres une fois de plus, jusqu’au jour où, par une occasion, il se transforme en vendeur de voiture. « Une dame qui savait que j’allais à Lomé m’a demandé si je pouvais lui prendre une voiture. Je ne l’avais jamais fait, mais j’ai dit oui. Je le lui ai livré, elle était contente, et c’est comme ça que c’est partie » explique-t-il.

« Par la suite j’ai commencé à faire venir des voitures, et je continuais dans mon ancien commerce. Et j’ai remarqué que mes clients revenaient pour des réparations de carrosseries. Je me suis dit pourquoi ne pas faire ces réparations chez moi. Comme je ne savais pas faire, j’ai pris un jeune tôlier, qui est très bon, on s’est formé petit à petit et aujourd’hui on s’en sort très bien. On fait de la peinture de la tôlerie, des modifications de tout genre, en intérieur comme en extérieur. Et grâce à Dieu, je ne vis que de ça » a raconté Thiéry Lankoandé.

Ange L. Jordan MEDA

Infowakat.net et Entreprendreaufaso.com

You may also read!

Entreprenariat : Hugues Gouba, l’étudiant entrepreneur

De nos jours, bon nombre de personnes font usages des réseaux sociaux pour s’informer et/ou communiquer. Des initiatives dans

Read More...

Entrepreneuriat : Le secteur de la semence, un secteur porteur au Burkina Faso

Spécialisé dans la vente des semences, des engrais, Ablassé Ilboudo raconte pourquoi, il s’est intéressé à la vente des

Read More...

Entrepreneuriat : Agribusiness shop, une structure de promotion des produits locaux.

Faire la promotion des produits transformés localement par des jeunes entrepreneurs, c’est l’objectif que s’est fixé Inoussa Maiga en

Read More...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Entreprendre au Faso

GRATUIT
VOIR