Entreprenariat : Maya Design donne une seconde chance aux filles déscolarisées à se réaliser

In A la Une, Entreprendre au Quotidien

Basée à Manga dans la région du Centre-Sud, l’entreprise Maya Design œuvre dans la confection des bijoux, sacs et autres accessoires de modes en perle. Maya Pauline Dimzouré, professeure de français et anglais en est la promotrice. Elle a pris l’engagement de former et d’aider les autres femmes à comprendre l’importance d’entreprendre pour une meilleure insertion socioprofessionnelle. 

 Maya Pauline Dimzouré, promotrice de l’entreprise Maya Design avait, au tout début, en tête d’aider les jeunes filles déscolarisées et qui souffraient tant. Alors, elle a décidé de créer son entreprise dans l’optique de les amener à apprendre ce qu’elle-même sait faire. A travers cette démarche, elle veut permettre à celles-ci de voler de leurs propres ailes. « Actuellement j’ai formé près de 75 filles et femmes confondues à la confection des objets en perle, juste leur donner une seconde chance de se réaliser », a-t-elle dit ajoutant qu’elle envisage aussi former d’autres femmes en matière de nettoyage « pour qu’elles puissent avoir de revenus ». Pour l’instant, une quinzaine de femmes bénéficient de formation dans sa structure. « Il faut dire qu’à la fin de la formation de 15 filles et femmes déscolarisées, nous allons retenir 10 filles qui vont travailler à Maya Design. Et les 5 autres, nous allons les aider à s’installer à leur propre compte en leur donnant des kits d’installation », explique la promotrice.

Cette dame a les créations artisanales dans le sang, et les perles sa passion. Issue d’une famille dont le papa était fleuriste décorateur et la maman faisait des ‘’tricots’’, Maya Pauline a hérité des siens le goût de l’entreprenariat. « J’ai peut-être hérité cela des parents. Vraiment ça me plait beaucoup de le faire. Je suis professeure de français-anglais, cela ne m’empêche pas de toujours continuer dans mon entreprenariat », a fait savoir la détentrice d’une licence en lettre moderne et d’un master en gestion et administration culturelle.

Insertion socioprofessionnelle des jeunes filles déscolarisées

Actuellement, la bonne dame travaille sur la formation et l’insertion socioprofessionnelle des jeunes filles déscolarisées. Cela est rendu possible grâce au financement et subvention du fonds du développement culturelle et touristique avec la collaboration de l’union européenne et le ministère de la culture. Dans son entreprise, les filles sont formées en matière de confection de sacs et de bijoux en perle, les colliers, les bayas, les portes lotus, les portes pics (stylos), des pots de fleurs, des foulards, écharpes, des cravates en perle, des serpettes, des couronnes pour une durée de six mois.  Pour cela, elle souhaite créer un centre de formation de métier répondant aux aspirations de la population.

Pourtant, tout n’est pas rose à Maya Design. Des difficultés d’ordre financier et matériel existent. En outre, Pauline a noté que leur participation à des foires est souvent limitée liée à la cherté des stands. Elle demande l’accompagnement de bonne volonté leur facilitant l’accès à ces lieux d’exposition. Néanmoins, il y a des ONG qui l’aident notamment « plan Burkina International » et bien d’autres à réaliser certaines de ses œuvres.

Youssouf KABDAOGO

Infowakat.net & Entreprendreaufaso.com

You may also read!

Entreprenariat : Faso Beautex, sur les traces du rêve de Thomas Sankara !

Faso Beautex est une entreprise de confection, de production et de vente du pagne traditionnel communément appelé Faso Dan

Read More...

Entrepreneuriat : Neimatou GUIRA se fraie un chemin dans le domaine de l’électricité

Il y a plusieurs métiers et domaines d’activités dans lesquelles la gent féminine reste réticente pour se lancer. Pour

Read More...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Entreprendre au Faso

GRATUIT
VOIR