Entreprenariat : Zibdon ecoservices pour des WC écologiques et connectés

In A la Une, Entreprendre au Quotidien

Zibdon ecoservices est une société des droits burkinabè créée en 2019, exerçant dans le domaine de l’eau et l’assainissement, de l’éco construction, de la gestion de déchets et de l’énergie, etc. L’entreprise a pour objectif de rendre la construction plus économique et écologique tout en respectant les normes environnementales. Et cela se passe à travers de nouvelles technologies, qui ont déjà fait leur preuve ailleurs, que le promoteur Isaac Bambara développe au sein de sa firme au profit de la population.

De par son expérience professionnelle, le promoteur de Zibdon ecoservices, Isaac Bambara a travaillé dans plusieurs projets où l’aspect écologique était au centre de la préoccupation. Ensuite, il décide alors de créer sa propre entreprise traitant ces questions.

Pour lui, il faut offrir un service innovant dans le domaine de la construction en apportant des solutions économiques et écologiques aux problèmes des Africains. « Il s’agit de construire de manière plus économique et écologique en respectant l’environnement. C’est un peu cette motivation qui m’a animé et m’a donné l’idée de créer cette entreprise avec une telle vision », a-t-il indiqué.

Isaac Bambara, expliquant le mécanisme d’un verre d’eau.

Ce double objectif permet aux clients d’avoir une rentabilité économique et un cadre de vie sain. Ces impératifs économiques permettent, aux clients, dans la grande majorité des cas de réaliser des économies non négligeables.

La particularité de l’entreprise, ce ne sont pas que ses prestations. Mais tout spécialement, elle s’est lancée dans la construction de fosse écologique qui est une nouvelle technologie révolutionnaire offrant beaucoup d’avantages et adaptée à l’Afrique.

Fosse écologique

C’est un digesteur sur lequel on installe une cabine préfabriquée. Et cela donne la dimension d’une toilette extérieure destinée à l’utilisation. La firme dispose diverses cabines dont celles personnalisées donnent un bon confort au thermique. « C’est un bon isolant thermique. Quand on rentre dedans, il ne fait pas chaud. C’est adapté en milieu sahélien. On la conçoit en fonction du besoin du client » explique Isaac Bambara.

Le digesteur en expérimentation avec une profondeur de 1 mètre

L’intérieur de la cabine contient un système d’extraction d’air et un système d’éclairage qui peut être alimenté par le solaire. Les digesteurs sont coréalisés notamment pour des hôpitaux, des écoles, des camps de réfugiés, des bases militaires, des chantiers, etc.

La particularité du digesteur consiste à creuser des fosses, toutes petites, d’une longueur maximale de 2 mètres, d’une largeur de 1 mètre avec une profondeur de 1 mètre. C’est ce trou de 1 mètre dans le sol, qui permet de gérer la matière fécale de 25 utilisateurs pour des modèles standards, pendant 25 ans sans vidange. En plus, ce digesteur ne dégage pas d’odeur et ne pollue pas la nappe phréatique (nappe d’eau souterraine qui alimente les sources, des puits…).

Au-delà de ces avantages, il génère le compost à des fins agricoles. « C’est une des technologies que nous développons et avons mis sur le marché depuis plus d’une année, et qui a déjà des résultats très satisfaisants » se réjouit le chef d’entreprise Isaac Bambara expliquant que le système permet de séparer systématiquement l’eau de la matière fécale via une matière poreuse.

Laquelle matière poreuse laisse passer l’eau et au-dessus de laquelle, il met de la fibre avec des enzymes artificielles qui permettent de consommer la matière fécale. « Quand il y a la défécation en plein air, dans un champ ou en brousse par exemple, quand toutes les conditions sont réunies, au bout de quelques jours elle disparait. C’est exactement le même processus de biodégradation qui est mis en application à notre niveau mais de façon accélérée » a-t-il expliqué.

Les eaux séparées des matières fécales sont canalisées vers un puits perdu, soit à d’autres fins utiles. « Nous traitons ces eaux à travers des filtres biologiques pour la réutilisation au l’arrosage du jardin » a-t-il ajouté.

Pour ce faire, les eaux de toilette, de douche, de cuisine traitées sont sillonnées par un bassin expérimental. Dans ce bassin, on y trouve des vies notamment des poissons, des tortues et des plans aquatiques. C’est cette vitalité qui permet de voir si cette eau est utilisable pour l’arrosage ou pas. « S’il y a de la vie, cela prouve automatiquement que notre filtre biologique fonctionne normalement » a-t-il affirmé précisant que cette eau est uniquement utilisée pour le jardin. Néanmoins, les poissons qui s’y trouvent sont destinés à la consommation sans risque, d’ailleurs avec un bon goût.

Technologie de micro flash

Cette technologie est aussi développée par Zibdon ecoservices. Elle permet d’économiser l’eau de chasse de la toilette. C’est l’équivalent d’un verre d’eau qui fait chasser la matière fécale à l’intérieur du digesteur. Il s’agit d’un système de contrepoids dont l’équivalent d’un verre d’eau fait basculer le mécanisme. « C’est un mécanisme qui peut être utilisé pour des WC, des latrines traditionnelles que nous avons dans nos maisons », a indiqué M. Bambara.

Pour la rendre beaucoup plus moderne et pour des personnes à mobilité réduite « on utilise un type de WC à l’anglaise qui offre plus de volume ». C’est un WC sans réservoir d’eau qui est connecté à ce mécanisme.

Youssouf KABDAOGO
Infowakat.net

You may also read!

Entreprenariat : « J’ai décidé de devenir mécanicien et, aujourd’hui, je le suis » Moise Namoano

Une dizaine d’année plus tôt, il en rêvait. La détermination et la rencontre de « bonnes personnes » aidant, à 26

Read More...

Entreprenariat : D’ici 10 à 15 ans, la société coopérative veut être le plus grand employeur après l’Etat Burkinabè

La société coopérative « bâtir l’avenir » est une coopérative à base agricole, envisageant investir dans tous les secteurs

Read More...

Entreprenariat : L’APJEF mène beaucoup d’activités au profit des jeunes entrepreneurs

Au Burkina Faso, la grande majorité des diplômés hésite d’entreprendre. Il manque une volonté nécessaire pour passer du statut

Read More...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Entreprendre au Faso

GRATUIT
VOIR