Entrepreneuriat : Israël Sawadogo, l’inventeur du vélo motorisé en attente de son prix depuis 2019

In A la Une, Entreprendre au Quotidien

Le domaine des énergies renouvelables est en constante évolution au pays des hommes intègres. De plus en plus de jeunes se lancent dans la réalisation de projet de développement dans le domaine des énergies solaires. Israël Sawadogo du haut de ses 26 ans, veut révolutionner le monde de la technique au Burkina, avec une particularité. L’assistance aux populations a travers le solaire.

Ayant été vainqueur dans sa catégorie, tout comme certains, ils ne recevront tous pas leur prix, pour des raisons de mauvaise conduite rapporté par le premier responsable de l’établissement.

Inventeur du vélo pour handicapés motorisé, nommé « Wiintog-weefo », ce dernier, technicien en énergie solaire, a su à la fois combiner technique et créativité pour fabriquer un vélo avec traction a l’énergie solaire.
L’idée de cette ingénieuse trouvaille du jeune inventeur est parti d’un constat, alors qu’il était en deuxième année de formation en énergie solaire. En effet, étant stoppé au feu tricolore il observe une scène qui l’amène à cette réflexion. « Un jour, en circulation, je voyais une vieille handicapée au stop qui était entourée par les motocyclettes et les véhicules et elle avait des difficultés pour avancer. L’idée m’est passée par là tête, que le soleil pouvait être une solution ». Nourrissant ainsi cette idée, Israël aura l’occasion de la mettre en pratique a travers un concours organisé par l’établissement d’où il est, pour primer les meilleurs projets.

Alors étudiant à l’époque (2019) Israël va se débrouiller comme il peut, avec uniquement le soutien financier des parents et la collaboration de certaines connaissances pour réaliser son projet. Il parvient ainsi à réaliser son projet, un fauteuil roulant pour handicapés, fonctionnant grâce à l’énergie solaire, en 27 jours de travaux dans les différents ateliers.

Israël Sawadogo, l’inventeur du vélo motorisé pour handicapés

Ainsi, de l’ensemble des six compétiteurs, le projet de Israël Sawadogo aura été celui qui a le plus attiré l’attention des jurys qui lui décerne alors le premier prix, d’une valeur de 1 500 000 F CFA. Somme qu’il ne recevra jamais de 2019 a nos jours.

Qu’est-ce qui s’est passé avec les différents prix ?

C’est de là que partent les soucis de Israël. En effet, de ses dires, il n’est jamais entré en possession de son prix, ainsi que les autres vainqueurs, quand bien même des médias d’entant avait annoncé qu’il a reçu le prix. Des dires de Israël, l’explication de l’annulation des prix, donnée par le premier responsable de son centre de formation en son temps faisait cas de comportement d’indiscipline des étudiants, en présence des autorités. « Les résultats étaient officiels déjà la veille de la cérémonie, mais le responsable de l’école dit que les étudiants se sont mal comportés. Et comme ils se sont mal comportés au moment où il y avait les invités donc il a décidé d’annuler les prix des différents concours. C’est la seule justification qu’il a donnée » a expliqué Israël.

Contacté par infowakat.net, le PDG du centre de formation à confirmé l’annulation de tous les prix qui devaient être décernés ce jour, pour cause de mauvaise conduite des étudiants. De son explication, tout serait partit du fait que certains étudiants n’auraient pas bénéficié de toges pour la cérémonie de sortie des étudiants. « Les étudiants ont déconné ce jour-là, le conseil pédagogique à suspendu tous les prix, toutes les activités. Les étudiants ont même voulu arrêter la manifestation parce qu’il n’y avait pas les toges pour tout le monde. Nous les avons fait comprendre qu’un certain nombre d’étudiants allaient porter la toge en fonction des performances ; on avait seulement que 120 toges, eux ils étaient autours de 700. Ceux qui n’ont pas porté de toges se sont levés, ils ont fermé les portes, ils ont bloqué tout devant les autorités », a-t-il expliqué.

Il a cependant précisé qu’il a fallu l’intervention de la police qui était déjà présente sur les lieux pour calmer les étudiants ; toute chose qu’il juge indigne des étudiants, qui plus sont, devant les autorités.

Ce dernier a notifié du même coup que les projets présentés font partie intégrante de la formation et font l’objet de notation d’évaluation ; il incombe ainsi aux étudiants de produire des projets afin de valider l’année académique. La particularité alors pour ce concours de 2019 était une sélection des meilleurs projets, et qui a valu la présence d’un jury. Le PDG n’a pas manqué d’exprimer sa déception face à ce comportement, après avoir injecté environs 11 millions pour l’organisation de l’activité, de ses dires.

L’ensemble des étudiants vainqueurs des différents concours ont quant à eux entrepris des démarches afin de rencontrer le directeur de l’école. Leur tentative a été veines car ils ont été confrontés à la même réponse.

Israël quant à lui malgré sa déception a su se ressaisir, et est en phase de finaliser un nouveau projet sur les énergies solaires. Il invite par ailleurs les autorités à toujours encourager les projets d’entrepreneuriat des jeunes.

Alex SOME
Infowakat.net et entreprendreaufaso.com

You may also read!

Entrepreneuriat : Le FASI, un fonds en faveur des jeunes entrepreneurs

Le Fonds d’appui au secteur informel (FASI) est une structure qui accorde des prêts aux acteurs du secteur informel

Read More...

Entrepreneuriat : « La jeunesse n’a de choix que de se lancer dans l’entrepreneuriat », ‘ (Alice TIEMTORE)

La gente féminine a été toujours reléguée au second plan dans la société bien qu’elle soit le pilier de

Read More...

Entreprenariat : la vente de brochettes à Kaya, un bisness juteux

La ville de Kaya est reconnu comme la cité du cuir mais, il n’y a pas que le cuir,

Read More...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Entreprendre au Faso

GRATUIT
VOIR