Irrigation goutte-à-goutte : Ouaga Lab développe un système automatique

In A la Une, Entreprendre au Quotidien

Ouaga Lab est un incubateur où, foisonnent les solutions adaptées au quotidien des populations. Plusieurs projets sont en phase de tests et d’autres mêmes ont déjà été développés et présentés. Au nombre des projets en phase de tests, on a le système d’irrigation goutte-à-goutte automatique. Cette solution qui est développée par une équipe d’étudiants en agronomie, en plus d’être révolutionnaire dans le domaine de l’agriculture va réduire et les coûts et la dépendance qu’exigent les systèmes d’irrigations existants. Infowakat.net vous propose de découvrir cette solution innovante développée à Ouaga Lab.

Etudiants en agronomie, Fayçal Ouédraogo et ses camarades ont intégré Ouaga Lab, il y a de cela environ trois mois. Convaincus que l’auto-emploi sera leur tremplin, Fayçal Ouédraogo et ses camarades sont venus à Ouaga Lab pour se former en l’entrepreneuriat et développer le projet qui leur trotte la tête depuis les bancs de l’amphithéâtre. A Ouaga Lab, ils développent une solution pour rendre automatique l’irrigation goutte-à-goutte. Dès l’abord, le projet a intéressé Ouaga Lab car non seulement, elle est innovante mais aussi va révolutionner le domaine de l’agriculture. Après un brainstorming, l’équipe a entrepris une collecte d’informations sur le terrain et cela, dans le souci d’avoir une idée précise de comment réaliser le projet. L’idée à en croire Fayçal Ouédraogo, un des concepteurs de la solution, consiste à placer des capteurs au sol pour évaluer l’humidité du sol, si le sol n’est pas suffisamment humide pour alimenter la plante, les capteurs envoient un signal qui ouvre les vannes du système et dès que le sol est suffisamment humide pour que la plante soit bien alimentée, un autre signal est envoyé et les vannes se coupent.

Fayçal Ouédraogo, étudiant en agronomie
et un des concepteurs du système
goutte-à-goutte automatique

Déjà un prototype en test

Il faut dire que pour cette solution, tout est allé vite, car déjà, l’équipe dispose d’un prototype fonctionnel qui est en phase de test. Après ce test, la solution sera validée. « D’abord, on s’est donné et partagé plusieurs idées sur l’irrigation goutte-à-goutte ensuite, on a élaboré des questionnaires avec lesquelles on est allé sur le terrain pour avoir plus d’informations et nous faire une idée de comment réaliser notre projet, notre prototype », nous explique Fayçal Ouédraogo. Pour l’heure, l’équipe dispose d’un système goutte-à-goutte automatique qui va se mettre en place dans une surface de 250 m 2 avec 250 litres d’eau.  « Pour le prototype, on a essayé de le faire sur une petite surface avec une plante qui est le Niébé et coté contrôle, on a un microcontrôleur appelé programme de note qui évalue l’humidité du sol. Par exemple, si dans le sol l’humidité est au maximum 300 degrés, le réservoir d’eau est actionné et envoi l’eau au niveau de la culture pour l’arroser », nous fait savoir Fayçal Ouédraogo. Cela veut dire que quand les capteurs évaluent l’humidité du sol et qu’il n’est pas suffisamment humide, il envoie un signal et le réservoir fait passer l’eau et dès que le capteur constate que l’humidité est suffisante, les capteurs renvoient les informations et le réservoir se coupe.

Rendre la solution accessible aux petits producteurs

L’autre défi pour l’équipe de conception, était de réduire les coûts quant à l’installation du système, car l’équipe s’est rendu compte que le coût du système goutte-à-goutte demeure élevé de façon générale. C’est ainsi, que notre équipe d’étudiants agronomes a réfléchi aux goulots qui renchérissent le coût du système goutte-à-goutte. « Dans nos recherches, on est arrivé à la conclusion que le coût de l’installation de l’irrigation goutte-à-goutte est très élevé et ce n’est pas adapté aux petits producteurs. Surtout avec un système vraiment automatique et innovant, cela allait être trop cher », souligne-t-il. Alors, les génies de Ouaga Lab ont eu la brillante idée de réduire les frais en suppriment quelques matériels de l’équipements. « Notre système, par exemple, va fonctionner avec la gravitation, on ne va pas utiliser une pompe très chère qui n’est pas accessible à tout le monde. Le réservoir d’eau sera un peu au-dessus à une hauteur bien précise et en fonction de ça maintenant l’eau va s’écouler », relève Fayçal Ouédraogo. L’autre innovation du système, c’est autonomie qu’elle apporte. Le système goutte-à-goutte traditionnel ne permet pas de l’installer et de le faire fonctionner automatiquement sans l’intervention d’une main extérieure. Alors, nos étudiants ont résolu la question en concevant un système automatique en intégrant un aspergeur qui va en cas d’obstruction des bouteurs, envoyer de l’air pour nettoyer les bouteurs.

Pour l’instant, la solution est au stade du prototype et l’équipe va faire son rapport et présenter ses besoins pour que Ouaga Lab les accompagnent financièrement et matériellement afin que le projet aboutisse.

Les tests sont-ils concluants ? A cette question, Fayçal Ouédraogo rassure que les tests sont concluants et même probants. Déjà, l’équipe dispose de matériels et a installé un microcontrôleur sur une vanne et le dispositif a été testé. « On n’a déjà fait le programme et on l’a installé sur le réservoir d’eau. On a essayé et ça donne de bons résultats. Il reste quelque matériel dont on ne dispose pas, notamment, les tuyaux. Il nous faut des tuyaux assez performants qui ne vont pas réduire la pression de l’eau au regard du fait que l’on n’utilise pas de pompe ».

Par G Maurice Belemnaba

infowakat.net

You may also read!

Tigme Zama, le vendeur de digital de bétail

De son vrai nom Ibrahim NEBIE, Tigme Zama est un jeune entrepreneur qui force l'admiration par sa combativité et

Read More...

Entreprenariat : Dieudonné le pneumaticien

Dieudonné NEYON gagne sa vie en fabriquant des chaussures à partir de pneus usés de camion remorque. Originaire de

Read More...

Le leadership se conjugue de plus en plus au féminin

Apres la Cote d’Ivoire, c’est au tour du Burkina Faso d’accueillir la première édition du Forum pour l’Emploi et

Read More...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Entreprendre au Faso

GRATUIT
VOIR